Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 14:01

Les hommes préhistoriques cuisinaient des tortues pour accompagner leur régime alimentaire de végétaux et de gros gibiers il y a environ 400'000 ans. C'est ce qu'affirme mardi l'université de Tel-Aviv après des recherches dans une grotte en Israël.

Des restes de carapaces de tortues ont été retrouvés dans les différents niveaux de la grotte de Quessem, à une dizaine de kilomètres à l'est de Tel-Aviv, explique un des coauteurs de l'étude, Avi Gopher. Une découverte qui indique que ces reptiles étaient consommés il y a environ 400'000 ans, contrairement à l'idée généralement répandue que les hommes préhistoriques de cette époque mangeaient essentiellement des végétaux et de gros animaux.

Des découvertes de ce type ont déjà été faites pour la période du pléistocène, qui précède celle du paléolithique, mais la nouveauté à Quessem, c'est que "les vestiges retrouvés portent des marques de préparation et de cuisson", note M. Gopher. "Cela nous donne une idée très précise des méthodes employées par ces hommes pour cuisiner ces tortues".

Selon lui, les découvertes indiquent une possible division du travail: "Il est probable que les enfants et les personnes âgées attrapaient les tortues, un gibier facile, tandis que les adultes s'attaquaient aux animaux plus difficiles à capturer".

Cela "ajoute une dimension humaine riche, une profondeur culinaire et donc culturelle, sur ce que nous savons déjà de ces hommes", ajoute M. Gopher. Les résultats de l'étude, menée par des archéologues israéliens, espagnols et allemands, ont été publiés dans Quaternary Science Reviews, une revue spécialisée dans la Préhistoire.

Le site de la grotte de Quessem, en Israël

Le site de la grotte de Quessem, en Israël

Fouillée depuis 2000 par des chercheurs du Département d’archéologie de l’Université de Tel-Aviv, la grotte de Quessem est située à proximité de Rosh HaAyin (25 km à l’est de Tel-Aviv).

Sources : Swissinfo.ch

Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 16:36

Au Kenya, sous la direction de Marta Mirazon Lahr, anthropologue à l'Université de Cambridge, une équipe de chercheurs a découvert les restes d'au moins 27 personnes, des hommes, des femmes et des enfants, à Nataruk, près du lac Turkana Cette zone aujourd’hui semi-désertique qui s'étire dans la vallée du Rift se trouvait il y a 10.000 ans au bord d'une étendue d'eau et regorgeait du coup d'une faune abondante. Une situation qui devait faire de ce site un endroit stratégique pour des chasseurs-cueilleurs en quête de nourriture.

Crânes perforés, fronts fracassés, genoux brisés, coups à la tempe et au cou, mains cassées : ce sont des corps violentés que les archéologues et anthropologues ont découverts au Kenya dans la région semi-désertique de Nataruk, près du lac Turkana. Les 27 squelettes d’hommes (13), de femmes (8) – une était enceinte – et d’enfants (6) vieux de 10.000 ans présentent pour la plupart des traces de blessures mortelles. Se sont-ils violemment disputés ? Sont-ils morts au combat ? Ont-ils été surpris et attaqués par un groupe opposé ? Pourquoi ont-ils été massacrés ?

Selon une étude publiée dans Nature «ces restes humains témoignent du meurtre intentionnel d'un petit groupe de personnes en quête de nourriture». Parmi les 27 dépouilles qui viennent peut-être d'une famille élargie, les archéologues sont parvenus à exhumer douze squelettes plus ou moins intacts dont dix avec des lésions traumatiques mortelles. Quatre d'entre eux présentent ainsi des blessures qui semblent avoir été provoquées par des flèches. Quatre autres ont des traces de coups sur le crâne, dont un avec une lame d'obsidienne, une roche volcanique utilisée pour la fabrication d'outils tranchants pendant la Préhistoire, fichée dans la tête. «L'homme semble avoir été frappé à la tête par au moins deux projectiles et dans les genoux par un instrument contondant».

Quand aux autres individus, ils gardent les stigmates de fractures aux jambes, aux mains et aux côtes. Des morts violentes en somme, et des preuves d'une guerre.

«Nous avons aussi trouvé une jeune femme assise, les mains croisées entre les jambes, les pieds croisés également. On peut penser qu'elle était ligotée au moment de sa mort. Et elle était enceinte», raconte Marta Mirazon Lahr qui précise que les restes d'un fœtus âgé de six à neuf mois ont été retrouvés dans la cavité abdominale du squelette.

Les ossements de Nataruk «apportent la preuve qu'il y a eu un conflit entre deux groupes, avant que les sociétés ne se sédentarisent et qu'il n'y ait des villages et des cimetières» selon elle. C’est aussi la mise au jour «du plus vieux massacre recensé de l'Histoire». En effet, les origines de la guerre restent un sujet de débat entre scientifiques, faute d'éléments tangibles. Si des cas très anciens de violence brutale entre deux individus ont déjà été découverts, c’est la première fois que les scientifiques découvrent une scène qui implique autant de personnes.

Sources : Soirmag.be / Europe1.fr / University of cambridge

Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 14:54

Le corps d'un jeune mammouth baptisé Genia a été exposé au grand public dans le Musée zoologique de Saint-Pétersbourg. Les restes du mammouth ont été découverts en 2012 dans la péninsule de Taïmir par l'écolier Genia Selinder. Les chercheurs estiment que le mammouth est mort à l'âge de 13 à 16 ans il y a 38.000 ans. A l'époque, il faisait 235 cm de haut, et pesait 2,4 tonnes.


Published by cro-magnon - dans Document vidéo
commenter cet article
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 14:39
Published by cro-magnon - dans Document vidéo
commenter cet article
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 11:49

Un podcast avec entre autre Robert Bégouën sur le Tuc d'Audoubert à écouter ici.

Pendant les vacances de l’été 1912 le comte Henri Bégouën emmène ses trois garçons visiter la grotte du Mas d’Azil, proche de leur château ariégeois. Max, l’aîné, trouve un fragment d’incisive de renne dans les déblais et remarque qu’elle est percée. Dès le lendemain, leur passion éveillée, les trois frères commencent à fouiller une grotte voisine où ils découvrent un magnifique propulseur, cette arme de jet utilisé durant la préhistoire, sculpté en bois de renne. Le propriétaire de cette grotte s’inquiète et leur en interdit l’accès.

Il en faudrait plus pour arrêter les trois garçons. Ils fabriquent un radeau de fortune et s’aventurent dans la résurgence d’un ruisseau, tout proche, pour y découvrir l’immense caverne du Tuc d’Audoubert. Ils y trouvent des gravures magdaléniennes, puis, en cassant la stalactite qui bouche une chatière, ils tombent nez à nez avec des bisons modelés dans l’argile : une trouvaille unique dans l’histoire de la préhistoire.

Henri Bégouën prend une décision qui se révélera, plusieurs décennies après sa mort, d’une grande clairvoyance: ces cavernes ne seront jamais ouvertes au public mais préservées pour la science. Les visites seront limitées au strict minimum, les objets archéologiques seront laissés in situ et un chemin balisé dont nul ne doit s’écarter sera tracé.

Plan de la grotte du Tuc d'Audoubert

Plan de la grotte du Tuc d'Audoubert

Le Tuc d'Audoubert est, comme Les Trois-Frères, une grotte sanctuaire, c'est-à-dire principalement utilisée pour des activités spirituelles. Elle seule se développe sur trois niveaux :

- le Réseau Inférieur comprend le cours souterrain actif du Volp et sa résurgence par laquelle on pénètre dans la grotte

- le Réseau Médian, seulement présent dans la zone aval à 3 m au-dessus du ruisseau. Il contient les vestiges d'une fréquentation magdalénienne, avec des aires d'habitat et des
gravures pariétales

- le Réseau Supérieur, que l'on atteint par une étroite cheminée de 14 m de haut, s'étend sur 450 m d'un parcours parfois difficile qu'une chatière partage en deux parties. Outre les gravures pariétales dont les fameux animaux irréels ou fantastiques, les traces du passage des magdaléniens sont restées visibles sur ses sols argileux : empreintes de pieds et de doigts, crânes d'ours brisés pour en extraire les dents, concrétions cassées etc. C'est dans la dernière salle de la grotte que se trouvent les Bisons d'Argile.

Pour en savoir plus sur le Tuc d'Audoubert, il faut lire :

Le sanctuaire secret des bisons : Auteurs Robert Bégouën, Carole Fritz, Gilles Tosello, Jean Clottes, Andreas Pastoors, François Faist.

  • Relié : 416 pages
  • Editeur : Somogy éditions d'art (29 avril 2009) et l'Association Louis Bégouën.
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2757202030
  • ISBN-13: 978-2757202036
Published by cro-magnon - dans Document audio
commenter cet article
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 10:58

La septième édition du festival du film DocumenTerre de Montignac qui débute vendredi 20 novembre au soir (jusqu'à dimanche 22 novembre), aura pour parrain Jean Clottes. Le thème de cette année sera "Le monde souterrain".

Parmi les films présentés, une avant-première de celui de Marc Azéma et Pascal Cuissot, "Quand homo sapiens faisait son cinéma", un voyage à travers les peintures préhistoriques des plus célèbres grottes. On parlera aussi beaucoup de Lascaux avec un film sur la réalisation du premier fac-similé par Monique Peytral et son équipe, "A l'école des peintres de Lascaux", qui date de 1974. Il y aura aussi un film de 2012, "Lascaux et ses fac-similés", qui retrace l'histoire de ces techniques.

Les projections auront lieu au cinéma Vox de Montignac. Le festival est organisé par l'association CinéIoile Image de cultures.

En parallèle, une exposition d'artistes inspirés par le thème est visible toute la semaine au Prieuré de Montignac, avec notamment de nombreux plasticiens de l'Atelier des fac-similés qui présentent leurs créations personnelles. L'exposition, visible de 10 à 19 heures (entrée libre), partira en décembre au Pôle international de la préhistoire aux Eyzies.

Source : sudouest.fr

Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 06:20

La grotte Margot, sur la commune de Thorigné-en-Charnie.

Published by cro-magnon - dans Document vidéo
commenter cet article
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 09:35

A l'occasion de la réouverture du Musée de l'Homme, les chercheurs Evelyne Heyer, Dominique Grimaud-Hervé et Serge Bahuchet étaient les invités de l'émission de RFI, "Autour de la question".

Un podcast à écouter en cliquant ci-dessous.

- Evelyne Heyer, professeur du Muséum national d'Histoire naturelle. Spécialisée en anthropologie génétique, elle s'intéresse plus particulièrement aux apports de cette discipline dans la définition de l'espèce humaine et dans l'approche de la diversité humaine...

- Dominique Grimaud-Hervé, professeur au Département de Préhistoire du Muséum national d'Histoire naturelle

- Serge Bahuchet, professeur du Muséum national d'Histoire naturelle. Spécialiste de l'ethnoécologie, il étudie les relations des sociétés humaines avec l'environnement naturel. Ses principaux terrains de recherche sont l'Afrique centrale, le Mexique et la Guyane.

Published by cro-magnon - dans Document audio
commenter cet article
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 06:29

Épisode 2 : Été 2007, Caours dans la somme, sous un champs à 2m50 de profondeur des archéologues découvrent des milliers d'ossements d'animaux enfouis au même endroit...

Épisode 3 : Les silex de Boulazac. En novembre 2011, des archéologues découvrent en Dordogne des milliers de silex taillés...

Published by cro-magnon - dans Document vidéo
commenter cet article
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 15:12

Docland Yard, GEDEON Programmes, l’Inrap et Universcience ont coproduit « Les Experts du Passé », une websérie sur l’archéologie de 30 épisodes de 7 minutes. Lauréat des bourses de coproduction Estim – numérique soutenues par le Programme des Investissements d’Avenir, ce projet a également été réalisé avec la participation de TV5MONDE.

Premier épisode : Changis-sur-Marne, en novembre 2012 des archéologues découvrent les restes d'un mammouth...

Published by cro-magnon - dans Document vidéo
commenter cet article