Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 11:19
Vue générale des environs du site de Lomekwi, rive occidentale du lac Turkana
Vue générale des environs du site de Lomekwi, rive occidentale du lac Turkana

Après l’annonce rapportant la découverte des plus vieux outils de pierre taillée au monde, lors du colloque annuel de la Société de paléoanthropologie de San Francisco le 14 avril dernier, des chercheurs du CNRS, de l’Inrap et de l’université de Poitiers publient leurs résultats dans Nature, le 21 mai 2015. Ces derniers rapportent la découverte, au Kenya, de ces outils de pierre taillée, vieux de 3,3 millions d’années. Alors que la communauté scientifique a longtemps supposé que les premiers outils de pierre avaient été fabriqués par le genre Homo, cette découverte montre qu’un autre genre d’hominidé, peut-être une forme d’australopithèque beaucoup plus ancienne, avait déjà toutes les capacités nécessaires à la fabrication d’outils.

Voici le communiqué de presse de l'Inrap.

Le lac Turkana, situé au nord du Kenya, regroupe de nombreux sites archéologiques datant de 700 000 ans à plus de trois millions d’années. Ces sites livrent des outils des plus primitifs aux plus perfectionnés. Depuis trente ans, des recherches menées dans le cadre de la Mission préhistorique au Kenya et du « West Turkana Archaeological Project », ont permis de reconstituer l’évolution technique de la taille de la pierre au cours du temps, essentielle pour mieux comprendre les capacités cognitives et motrices des premiers hominidés. Les nouveaux vestiges trouvés par les chercheurs sur la rive occidentale du lac Turkana datent de 3,3 millions d’années et font instantanément reculer de 700 000 ans l’apparition des premiers outils de pierre taillée, les plus anciens retrouvés jusqu’à présent, en Ethiopie, datant de 2,6 millions d’années. Ces nouveaux outils mis au jour sont en majorité des blocs de lave, lourds et volumineux, qui ont servi à produire des éclats tranchants au moyen d’une technique dite sur enclume. Cette technique nécessite trois objets bien distincts : le bloc à tailler, un percuteur et une enclume. Le bloc est maintenu sur l’enclume par une main pendant que l’autre utilise le percuteur pour frapper et obtenir des éclats tranchants à partir du bloc. D’autres outils ont été élaborés grâce à une technique différente, dite « sur percuteur dormant » : le bloc à tailler est directement percuté sur l’enclume. Malgré l’aspect rudimentaire de ces outils, la vaste panoplie d’objets retrouvée sur le site (éclats, enclumes, percuteurs, nucléus), indique clairement que l’intention de ces hominidés était bien de créer des outils.

La région du Turkana étant très volcanique, la datation du site, et indirectement de ces pierres taillées, a été réalisée notamment par téphrostratigraphie, une technique qui revient à dater par des procédés physico-chimiques les couches de cendres intercalés avec les sédiments dans lesquelles sont emprisonnés les outils. Les chercheurs ont doublé leurs mesures avec la méthode du paléomagnétisme qui consiste à prélever des sédiments autour des outils et à mesurer leur polarité (celle-ci dépend de l’orientation du champ magnétique terrestre, variable en fonction des époques).

Cette découverte, qui révolutionne nos connaissances sur l’évolution humaine, apporte la première preuve archéologique de l’existence des capacités cognitives et motrices nécessaires à la fabrication d’outils en pierre dure chez des hominidés, il y a déjà plus de 3 millions d’années. Les conditions de l’émergence de ces outils sont à élucider : les investigations se poursuivent donc sur ce site de la rive occidentale du Turkana, qui n’a pas encore livré tous ses secrets.

Outil mis au jour lors de la fouille

Outil mis au jour lors de la fouille

Partager cet article

Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 09:39
LES AURIGNACIENS, PREMIERS HOMMES MODERNES À OCCUPER LE MAS D'AZIL

Une équipe d’archéologues et de géo-archéologues de l’Inrap et du laboratoire Traces (CNRS – université de Toulouse Jean Jaurès), intervient depuis 2011, sur prescription de l’État (Drac Midi-Pyrénées), dans la grotte-tunnel du Mas d’Azil en Ariège.

Ces recherches préventives et programmées s’intègrent dans un vaste projet de valorisation et de compréhension du site.

Les chercheurs retracent aujourd’hui une nouvelle histoire de la présence humaine au pied des Pyrénées. La mise en évidence d’une occupation aurignacienne liée à l’implantation des premiers hommes modernes dans cette partie de l’Europe est une découverte majeure. Ainsi, la Préhistoire du Mas d’Azil commence dès l’arrivée, il y a 35 000 ans, des premières populations du Paléolithique supérieur (les Aurignaciens et artistes de la grotte Chauvet). Leur succèdent, bien plus tard, les Magdaléniens qui pénètrent dans la grotte à la faveur d’une amélioration climatique. Ceux-ci laissent dans l’immense cavité de très nombreuses et célèbres œuvres d’art mobilier mais aussi rupestre. La fin du Pléistocène, marquée par un réchauffement climatique, voit l’émergence d’une nouvelle civilisation éponyme de la grotte : l’Azilien.

Largement explorée depuis 1860, la rive droite du Mas d’Azil a énormément souffert de sa découverte précoce. Il y a encore peu, elle était réputée ne contenir que quelques remblais de fouilles anciennes. Mais les récents diagnostics d’archéologie préventive ont révélé une importante stratigraphie de plusieurs mètres de haut. C’est la rivière de l’Arize, lors des différentes périodes glaciaires du Quaternaire, qui a déposé de séquences sédimentaires (galets, sables et limons) qui ont en grande partie colmaté la grotte. Ces phases d’ennoiement de la grotte n’avaient jamais été mises en évidence au Mas d’Azil. Or, elles sont particulièrement importantes pour l’histoire de la formation de la grotte mais aussi pour la connaissance de l’évolution des vallées pyrénéennes.

Les couches les plus anciennes sont scellées par les dépôts fluviatiles, et sont pour la plupart attribuables à l’Aurignacien (35 000-33 000 avant notre ère).

En effet, lorsque le climat s’est adouci, l’Arize a retrouvé son pouvoir d’érosion. C’est donc en recreusant ses propres dépôts qu’elle a rendu la grotte à nouveau accessible aux populations humaines. Les couches récentes datent de 14 700 avant notre ère et reposent directement sur les sédiments fluviatiles : l’occupation magdalénienne succède donc à cette phase d’ennoiement et de colmatage de la grotte. Un autre point d’importance a été mis en évidence au Mas d’Azil. Les Aurignaciens sont réputés ne pas habiter les grottes profondes. Or, de telles occupations ont été révélées ici. Cette découverte est majeure. L’apport des techniques actuelles de l’archéologie préhistorique permet, en outre, la remise en contexte d’une partie des collections conservées dans les musées.

Ainsi, la mise en évidence d’une séquence stratigraphique complexe, à la base de laquelle les Aurignaciens ont laissé de nombreux vestiges, est un apport important à la connaissance de la Préhistoire. L’étude de cette stratigraphie nouvelle, la compréhension des conditions de sa mise en place et l’extension de cette évaluation archéologique et géomorphologique à l’ensemble de la cavité sont très prometteuses. Ces recherches éclairent d’un jour nouveau l’Aurignacien dans les Pyrénées centrales françaises : le contexte est celui d’une vaste cavité de fond de vallée, dont le mode d’occupation pourrait être sensiblement différent ou complémentaire des "petites" grottes, souvent perchées dans le paysage, essentiellement connues jusqu’alors.

Source : Inrap

Crédit images : Denis Gliksman / Inrap

A l'intérieur du Mas d'Azil

A l'intérieur du Mas d'Azil

Partager cet article

Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 13:26
LASCAUX À PARIS

L'exposition Lascaux internationale est présentée Porte de Versailles à Paris jusqu'au 30 août 2015. En attendant l'ouverture d'un fac simulé de l'intégralité de la grotte en 2016, c'est une bonne occasion pour découvrir une partie des 1963 figures réalisées par nos ancêtres Solutréens il y a 20 000 ans.

La première partie de l'exposition est consacrée à sa découverte en 1940 et aux événements qui ont nécessité sa fermeture en 1963. Des photos de ces époques y sont montrées et vous pourrez commencer à utiliser l'audio guide qui fait partie de cette visite.

La deuxième partie propose un film en 3D qui vous immerge dans la Salle des Taureaux et du Diverticule Axial, de nos jours et à l'époque ou les artistes y ont travaillé. Des maquettes du corpus de la grotte y sont aussi présentées. C'est l'occasion de se rendre compte des dimensions de la grotte et de son étroitesse.

La troisième partie vous immerge complétement dans la cavité avec la présentation de reproductions de cinq panneaux de Lascaux : panneaux de l’Empreinte, des Bisons adossés, de la Vache Noire, des Cerfs et de la scène du Puits. Ces copies ont été réalisées par l’Atelier des Fac-similés du Périgord, à Montignac et de nombreuses techniques comme le relevé 3D et la projection de photos originales de la grotte sur les répliques des parois ont été utilisées pour arriver à ce travail bluffant. Différents éclairages permettent de contempler ces panneaux.

La quatrième et dernière partie de l'exposition présente de nombreuses bornes interactives qui feront le bonheur des enfants, ainsi que des reproductions d'objets retrouvés dans Lascaux. Là encore, des films explicatifs permettent de se rendre compte du travail que devais réaliser nos ancêtres pour fabriquer une aiguille à chat ou une lampe en grès, comme celle qui fut retrouvée dans la grotte.

Comptez environ 2h30 de visite.

Adresse
Du 20 mai au 30 août 2015
Paris Expo, Porte de Versailles, Pavillon 8/B 1 Place de la Porte de Versailles - 75015 Paris
Métro : ligne 12, station Porte de Versailles
Tramway : Ligne T2 et T3 - Bus : Lignes 39 - 80
Horaires
Ouvert tous les jours de 10H à 18H en mai et juin
De 10H à 19H en juillet et août
Fermetures exceptionnelles : les mardis en mai et en juin

A lire sur Lascaux :

Lascaux : le Geste, l'espace et le temps de Norbert Aujoulat aux éditions du Seuil

Dictionnaire de Lascaux par Brigitte et GIlles Delluc aux éditions Ouest France

Les recherches à Lascaux - Abbé Glory. Documentation recueillie par Brigitte et Gilles Delluc. Gallia Préhistoire

LASCAUX À PARIS

Partager cet article

Published by cro-magnon - dans Exposition
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 11:55

27 / 31 juillet 2015 - Parc de la Préhistoire de Tarascon-sur-Ariège
PREHISTO'LOFT saison 2, pour vivre le quotidien des hommes préhistoriques

Cueillette, chasse, peinture autant d'activités connues menées par les hommes femmes et enfants d'il y a 14 000 ans… Mais en réalité, quel était leur quotidien ? En organisant le Préhisto'Loft Saison 2 du lundi 27 au vendredi 31 juillet, le Parc de la Préhistoire de Tarascon-sur-Ariège a pour ambition de faire toucher du doigt la vie courante de nos ancêtres. Le Préhisto'Loft est l'occasion de se plonger dans un passé encore très mystérieux.

Une vingtaine de Cro-Magnons seront face aux visiteurs qui entreront ainsi dans leur intimité et vivront au plus près une expérience inattendue en découvrant leurs gestes, leurs habitudes et leurs savoirs. Cette année, le clan s'agrandit avec l'arrivée d'un nouveau-né au début de l‘été.

Lundi 27 juillet, le pisteur de la tribu arrivera en éclaireur et choisira le meilleur emplacement pour l’installation du campement. Chacun œuvrera ensuite pour faire de ce lieu, un nid douillet et fonctionnel. Les tentes installées et le feu allumé, les activités reprendront : collecte de plantes, fabrication de lampes, sacs et autres paniers, préparation des repas, soins des enfants….

A partir de mardi 28 juillet, la chasse occupera la majeure partie du temps des Cro-Magnons. Ils fabriqueront les propulseurs, s'entraîneront au tir, prépareront le matériel de pêche... Au retour de la chasse, petits et grands découperont l’animal, nettoieront les peaux, les tanneront, conserveront et conditionneront les aliments, répareront les armes cassées… Mais si leur subsistance est au cœur de leur quotidien, les Cro-Magnons, premiers artistes de l’Humanité, n'oublieront pas de graver, sculpter, peindre… Après 5 jours de travail, il sera alors l'heure de reprendre la route !

Le Préhisto'Loft est l’occasion de découvrir ou redécouvrir en famille le Parc de la Préhistoire de Tarascon-sur-Ariège, magnifique site au milieu des lacs et des cascades, d’admirer les œuvres et les gestes de nos lointains ancêtres, de participer aux nombreuses animations et de retrouver les Géants de l’Âge de Glace.

Informations pratiques
Route de Banat - 09400 Tarascon-sur-Ariège - 05 61 05 10 10 - www.grands-sites-ariege.fr
Tarif : Enfant de 5 à 12 ans 6,90 € - Jeune de 13 à 18 ans 8,30 € - Etudiant 8,50 € - Adulte 10,80 € - Moins de 5 ans gratuit - Pass famille (2 adultes, 2 jeunes) : 3

Partager cet article

Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 09:38

Une nouvelle étude démontre que la tuberculose ne nous est pas venue du bétail et que selon les analyses elle infectait déjà nos ancêtres bien avant qu'ils découvrent l'élevage.

Au moment de l’apparition des premiers animaux domestiques, la tuberculose était déjà une maladie humaine. Telle est la conclusion des travaux d’une équipe internationale impliquant plusieurs laboratoires de l’École pratique des hautes études (EPHE), du CNRS, de l’IRD et d’universités1. Oussama Baker, doctorant à l’EPHE, et ses collègues ont examiné des squelettes découverts sur deux sites syriens du Croissant fertile. Ils affirment, dans la revue Tuberculosis, qu’au moins quatre d’entre eux, datant d’une époque du Néolithique ancien où les hommes de cette région étaient encore des chasseurs-cueilleurs, présentent des lésions osseuses caractéristiques de cette pathologie infectieuse. Un diagnostic qui, précisent-ils, a été confirmé par la mise en évidence de la signature biochimique et moléculaire du Mycobacterium tuberculosis !

Provoquée par une bactérie se transmettant par voie aérienne, la tuberculose figure parmi les maladies dites ré-émergentes. Avec la propagation de l’épidémie de Sida, cette infection extrêmement contagieuse que l’Organisation mondiale de la santé a cru, à un moment, pouvoir éradiquer a fait sa réapparition sous une forme plus résistante aux traitements. D’où une série de travaux actuels visant à comprendre ce qui détermine la virulence plus ou moins forte de cette bactérie au cours du temps et la manière dont elle a évolué durant les étapes clés de l’histoire humaine. Notamment, celle, cruciale, du Néolithique.

Longtemps, les scientifiques ont été persuadés qu’à l’instar d’autres maladies, comme la rougeole, la tuberculose dérivait d’une anthropozoonose, une maladie transmise du bétail à l’homme durant cette période qui vit apprivoiser puis exploiter au Moyen-Orient, vaches, chèvres, porcs et moutons. Mais, en démontrant que les formes animales du bacille sont moins archaïques que les formes humaines, une équipe coordonnée par l’Institut Pasteur travaillant sur des souches actuelles a, en 2002, complètement réfuté cette thèse.

Qu’en est-il en définitive ? À l’occasion de fouilles réalisées entre 1991 et 2010 sur le site de Dja’de el Mughara (de 10 000 à 11 000 ans) sous la responsabilité d’Éric Coqueugniot, du Laboratoire Archéorient. et sur celui de Tell Aswad (de 9 000 à 10 000 ans), supervisé par Danièle Stordeur, du même laboratoire, Oussama Baker et ses collègues ont analysé les traces de tuberculose sur des squelettes d’humains ayant vécu avant et après la domestication. Situés en Syrie, l’un des berceaux de l’agriculture, ces anciens habitats ont été occupés pour le premier avant l’époque charnière de la domestication et pour le second après. À Dja’de el Mughara, une centaine de corps, certains regroupés dans une « maison des morts » ont ainsi été mis au jour. Quatre d’entre eux ont fait l’objet des investigations paléo-pathologiques des chercheurs.

À l’aide d’une chaîne de traitement d’imagerie numérique développée au sein du Laboratoire Pacea pour les besoins particuliers de l’archéologie, les chercheurs ont pu analyser, après un scan par micro-tomodensitométrie par rayons X, les images en 3D de l’intérieur d’une vertèbre lombaire provenant du plus ancien des deux sites. « L’équipe a mis en évidence des anomalies de l’os trabéculaire révélatrices d’un stade précoce de tuberculose, chez un enfant d’environ cinq ans », explique Hélène Coqueugniot, du laboratoire Pacea.

Reconstruction 3D d'une 3ème vertèbre lombaire d'un enfant âgé d'environ 5 ans présentant des signes d'infection tuberculeuse, trouvée en Syrie et extraction virtuelle agrandie de la microarchitecture de la vertèbre : normale (1); pathologique (2).

Reconstruction 3D d'une 3ème vertèbre lombaire d'un enfant âgé d'environ 5 ans présentant des signes d'infection tuberculeuse, trouvée en Syrie et extraction virtuelle agrandie de la microarchitecture de la vertèbre : normale (1); pathologique (2).

S’agissait-il pour autant de la forme humaine de la maladie et non de sa forme animale (par exemple bovine) qui peut infecter l’homme, le plus souvent par le lait ou la viande ? Les chercheurs ont analysé par des techniques de biologie moléculaire les restes bactériens – lipides et ADN – présents dans les ossements concernés. Ils ont ainsi découvert les traces d’un bacille génétiquement proche de celui qui se propage actuellement chez l’homme.

« Jusqu’à présent, les seuls exemples connus de tuberculose remontant à une époque antérieure au Néolithique étaient celui, controversé, d’un Homo erectus de 500 000 ans et ceux, problématiques, de bisons morts dans le Wyoming (États-Unis), il y a 17 000 ans, explique Olivier Dutour, paléopathologiste à Pacea et directeur d’études à l’EPHE. Notre travail a donc mis en évidence les plus anciens cas démontrés de tuberculose humaine et ce avant l’étape de la domestication. Il s’agit maintenant d’aller plus loin en analysant les ossements d’animaux domestiqués et sauvages découverts, puis en procédant à des comparaisons moléculaires avec les résultats obtenus sur les restes humains. Outre qu’elle nous permettrait de tester l’hypothèse selon laquelle c’est l’homme qui aurait contaminé l’animal et non l’inverse, une telle étude pourrait s’avérer utile pour vérifier si des souches virulentes actuelles du bacille ne pourraient pas dater aussi de cette époque. »

Source: CNRS

Partager cet article

Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 12:41
LA FEMME DANS LA SOCIÉTÉ SAHARIENNE PRÉHISTORIQUE

Les questions liées à la place qu’occupait la femme dans la société saharienne préhistorique et son rôle sont longtemps restées subsidiaires, voire mises à la marge par le plus grand nombre des travaux archéologiques. Si les fouilles scientifiques livraient peu d’éléments qui permettaient d’attribuer avec une certaine exactitude une tâche à l’un des deux sexes, l’art rupestre, lui, peut fournir aux chercheurs des éléments déterminants pour faire valoir la place de la femme saharienne dans son environnement.

Mais comment les chercheurs peuvent-ils distinguer la femme de l’homme dans des dessins qui datent de plusieurs milliers d’années ? Quelles sont les méthodes employées pour arriver à connaître le rôle de la femme saharienne restée dans l’ombre depuis la période préhistorique ? Hassiba Safrioun, maître assistante à l’Institut d’archéologie de l’université Alger 2, détient les réponses à ces questions. Cette chercheure travaille depuis 6 ans sur un projet de recherche, qui a pour thème : l’image de la femme dans l’art rupestre saharien. «C’était le thème sur lequel j’avais travaillé pour l’obtention de ma licence. Je l’ai également retenu pour mon magister, et maintenant pour ma thèse de doctorat», relate la chercheure. Elle explique par ailleurs que l’art rupestre recèle des messages, souvent difficiles à interpréter.

Et dans certains dessins, il est même compliqué d’identifier les figures dessinées sans les moyens adaptées. Aujourd’hui, l’art rupestre réclame l’intégration de différentes branches de la médecine dans les travaux de recherches archéologiques pour arriver à des conclusions plus claires et des résultats plus fiables et précis. «Mon travail de recherche est axé sur l’image de la femme dans l’art rupestre saharien. Il y a lieu de noter que c’est la première étude académique qui met en lumière la place de la femme dans la société saharienne préhistorique. La particularité de cette recherche consiste à faire associer la médecine, plus particulièrement la gynécologie obstétrique, l’anatomie et la neurologie dans l’interprétation de certaines gravures et certains dessins.

La complexité des peintures et gravures rupestres m’a incitée à solliciter l’aide de ces spécialités afin d’arriver à des résultats plus précis concernant la culture et le rôle sociétal de la femme dans la société saharienne préhistorique à travers l’art rupestre saharien», explique Mme Safrioun. La spécialiste fait savoir qu’il est très difficile pour un chercheur de déceler le message véhiculé dans un dessin rupestre (peinture ou gravure). Le défit est encore plus grand dès qu’il s’agit de distinguer l’image de la femme de celle de l’homme.

Car, dans la majorité des cas, il n’existe aucun signe morphologique et anatomique dans l’art rupestre indiquant qu’il s’agit bien d’une silhouette féminine. «Quelquefois, les formes féminines sont totalement absentes. A l’aide des données que nous fournissent les spécialistes en gynécologie obstétrique et ceux en anatomie et en neurologie, nous avons pu créer une base de données et de références qui va nous permettre de distinguer avec fiabilité et plus de certitude le sexe d’une figure rupestre», enseigne-t-elle.

Des résultats plus fiables

C’est la première fois qu’on met au grand jour la position de la femme dans la société saharienne préhistorique grâce à une étude académique de l’art rupestre fondée essentiellement sur une approche scientifique. L’art rupestre n’a jamais été considéré auparavant — comme l’indiquent certains livres — en tant que vestige digne d’attention et d’estime.

Selon la chercheure, jamais une approche scientifique se focalisant sur la femme n’a été appliquée dans les travaux archéologiques en Algérie. «Il convient de préciser que cette approche a été adoptée auparavant par le médecin gynécologue et préhistorien français Jean Pierre Duhard dans son travail de recherche sur les Vénus en 1993. En effet, grâce au travail de M. Duhard, on a pu comprendre que la forte corpulence des figurines de ces femmes préhistoriques représentait la fécondité et non pas l’opulence.

De mon côté, j’ai recouru à la même approche, grâce à laquelle je suis parvenue à élaborer une base de données très fiable et très scientifique en intégrant bien évidemment les caractéristiques et les critères spécifiques à l’art rupestre saharien», instruit-elle en ajoutant que M. Duhard a pu lire grâce à son approche non seulement le sexe du sujet, mais aussi son histoire biologique et physionomique — l’âge de grossesse, si le sujet (la femme est omnipare ou multipare : c’est-à-dire si elle a fait plusieurs grossesses ou une seule), si elle a allaité ou pas (selon la forme des seins), etc.

Dans ces peintures qui ornent les rochers sahariens, l’image de la femme est particulièrement spécifique. Sa corpulence est différente à celle de la femme occidentale. Le corps de la saharienne est fort, robuste, musclé et ses formes sont parfois inexistantes. Par exemple, on retrouve des peintures où la femme est mise dans des scènes de chasse, et sans cette nouvelle approche l’erreur est quasi assurée. Sachant que dans les anciennes bibliographies la chasse et la danse sont des activités qui étaient attribuées exclusivement à l’homme.

Or, des femmes étaient bien présentes sur ces peintures. «On y trouve aussi des scènes de différentes positions d’accouchement chez les femmes sahariennes — proto-Berbères installés au Sahara il y a de cela 3000 ans dans le Tassili et le Hoggar. Les dessins nous permettent également de connaître le rôle de la femme dans la vie politique, dans les relations sociales ainsi que dans la vie religieuse de l’époque préhistorique», précise Mme Safrioun. Elle explique par ailleurs que même si la recherche archéologique a donné l’occasion aux chercheurs de reconstituer la vie matérielle des sociétés du temps passé, il est par contre impossible de déterminer leurs tâches quotidiennes.

C’est pourquoi l’art rupestre avec ses différentes techniques de peintures et de gravures est considéré comme étant une fenêtre ouverte sur le passé social, politique, spirituel et rituel de ces populations. «Seul l’art rupestre nous permettra de relater le vécu de ces sociétés. C’est le Hollywood de la préhistoire», ajoute-elle. Une fois que le chercheur arrive à établir la distinction entre l’image de la femme et celle de l’homme, il entame alors son enquête sur le rôle de ces figures minutieusement tracées sur les rochers du grand Sahara. «Lorsqu’on arrive à déterminer les images de la femme saharienne, on aura donc la possibilité d’attribuer avec fiabilité son rôle dans sa société.

A ce moment-là, surgira une foule de questions restées longtemps sans réponses : est-ce que la femme saharienne pratiquait la chasse ? Jouait-elle un rôle dans la vie politique ou pas ? Quelle était sa place dans la société ? La culture matriarcale qui existait un peu partout dans le monde dans la période néolithique est-elle arrivée dans la région saharienne ? Et le matriarcat qui domine actuellement la société targuie est-il un héritage de la préhistoire ? L’art rupestre répondra certainement à toutes ces questions», soutient Mme Safrioun.

Par ailleurs, la chercheure indique que l’art rupestre saharien est passé par quatre périodes différentes datant de 10 000 ans à 1500 ans : la première période est celle des têtes rondes. On remarque dans ces représentations que la tête des êtres humains est symbolisée par un cercle. Ensuite vient la période bovidienne caractérisée par des scènes de troupeaux de bœufs, des scènes de chasse et l’émergence de l’activité pastorale. La période caballine, quant à elle, est marquée par le l’abondance des images de chars tirés par des chevaux.

A cette époque, la région a connu un changement climatique important : la désertification. Et, enfin, la période des camélidés caractérisée par des représentations de chameaux. «La femme est présente dans l’art rupestre appartenant aux quatre périodes. Sa physionomie, sa place, son rôle et même ses habits diffèrent d’une période à l’autre. La femme occupait-elle une place importante dans son environnement ? C’est ce que je tente de savoir à travers cette étude basée sur une approche scientifique en conjuguant des spécialités différentes pour briser enfin le mystère de l’art rupestre saharien», conclut la chercheure. Dans ce type de recherches, ce sont les sciences humaines qui sollicitent les sciences exactes.

Aujourd’hui, les sciences humaines font appel à divers domaines de la science dite technique pour acquérir plus de précision et de rigueur dans l’interprétation des choses. Aussi, elles s’appuient sur des outils informatiques pour faciliter l’accès à toutes les données indispensables à la recherche. Et cela pourra permettre aux chercheurs de déconstruire ce présupposé qui assigne à la femme des tâches limitées seulement aux soins des foyers et des enfants, alors que depuis l’antiquité la femme était déjà l’égale de l’homme.

LA FEMME DANS LA SOCIÉTÉ SAHARIENNE PRÉHISTORIQUE

Source : Elwatam.com

Partager cet article

Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 09:36
GRAND-PRESSIGNY : EXPOSITION TEMPORAIRE NÉANDERTAL, UN MYSTÈRE PRÉHISTORIQUE

Le musée de la Préhistoire de Grand-Pressigny, propose du 11 Avril au 30 Novembre 2015, une exposition sur l'homme de Néandertal.

L’Homme de Néandertal occupe ces lieux depuis plus de 200 000 ans. Il a développé une société complexe et riche dont nous ne percevons pas tous les détails, vu l’importante perte matérielle qu’a occasionné le passage du temps. Les études, récemment relancées par le développement du séquençage de l’ADN, nous conduisent cependant à réévaluer les capacités de cet Homme – notre « cousin ». Il apparait notamment de plus en plus qu’il possédait une capacité intellectuelle lui permettant de se projeter dans une abstraction, qu’il créait des productions symboliques et qu’il avait des préoccupations spirituelles.

Et pourtant, l’ére néandertalienne en Europe est sur le point de prendre fin : vers – 40 000, par une migration venue du Proche-Orient, des nouveaux venus s’installent progressivement partout en Europe : les Hommes modernes (Homo sapiens, nous). Probable victime de la concurrence territoriale et économique de ces nouveaux arrivants, Néandertal s’éteindra vers – 30 000 ans.

Telles sont les données dont dispose actuellement l’archéologie.

… Et si les choses étaient moins simples qu’il n’y paraît ? En fait, c’est presque 10 000 ans plus tôt, entre – 50 000 et – 40 000 ans, que l’archéologie enregistre une importante mutation faite de changements culturels et sociologiques. Les chercheurs se trouvent alors confrontés à de nouveaux processus techniques qui s’éloignent foncièrement des artisanats traditionnels reconnus pour ces populations depuis des dizaines de millénaires. Parallèlement, c’est l’ensemble de l’organisation des sociétés humaines qui semble alors en rupture avec les savoirs traditionnels. Or, à ces dates très anciennes, Homo sapiens n’est pas encore sensé être arrivé en Europe.

Néandertal serait-il l’auteur de cette mutation ? Faut-il revoir les dates d’arrivée des Homo sapiens ?

Il règne sur cette question un mystère préhistorique …

Pour développer ce thème, l’exposition présente plusieurs reconstitutions d’artistes de l’Homme de Néandertal, afin que le public puisse se projeter une image de notre « cousin ». Une exceptionnelle reconstitution à pleine échelle d’une cabane en clayonnage de bois recouvert de peaux et de son environnement immédiat dévoilent à quoi ressemblait l’habitat des hommes préhistoriques voici 50 000 ans. Elle est accompagnée d’un grand moulage de fouille d’un squelette de mammouth qui permet de se confronter à la fouille des vestiges de ce pachyderme.

Le matériel archéologique exposé comprend plusieurs pièces rares, parmi lesquelles le « masque » de la Roche-Cotard, l’une des premières productions symboliques de Néandertal. L’exposition regroupe aussi pour la première fois les six serres d’aigle travaillées par Néandertal actuellement connues en Europe.

Les enfants y trouveront des jeux et un dispositif audiovisuel leur permettant de se projeter dans ce monde si différent du nôtre.

Horaires d'ouverture

Fermé les 1er janvier et 25 décembre

Janvier-mars et oct.-déc
10h-12h30 et 14h-17h
Journée continue le dimanche
et jours fériés
Fermé le mardi sauf pendant
les vacances scolaires (zone B)

Avril à juin et septembre
10h-18h tous les jours

Juillet-août
10h-19h tous les jours

Dernier billet vendu 30 mn avant la
fermeture du site

Accès

Depuis Tours, sortie A10 Ste-Maure de Touraine puis la Celle St-Avant et Descartes
Depuis Bordeaux, sortie A10 Châtellerault nord puis La Roche-Posay et Lésigny
GPS lat. 46.920619 / long. 0.803318

Partager cet article

Published by cro-magnon - dans Exposition
commenter cet article
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 09:50

Conférence à Tours le mardi 21avril 2015, à 20h30

Des mammouths en bord de Marne. Un état de la recherche sur le site pléistocène de Changis-sur-Marne, par Grégory Bayle (Inrap), dans le cadre des conférences DéTours en sciences et de l'exposition sur les Mammouths, au muséum d'histoire naturelle, à Tours (Indre-et-Loire).

À l’occasion d’un sondage géologique réalisé sur la commune de Changis-sur-Marne (Seine-et-Marne) à l’automne 2012, une équipe d’archéologues de l’Inrap avait mis au jour les restes d’un squelette de mammouth laineux (Mammuthus primigenius), associés à quelques éléments d’un second. Ces vestiges trouvés dans leur contexte stratigraphique sont exceptionnels en France. Une fouille, financée par la Drac Île-de-France, a donc été entreprise regroupant plusieurs chercheurs (Inrap, Muséum national d’Histoire naturelle, CNRS et Drac).
Les ossements reposaient sur une ancienne berge de la Marne, dans un ensemble sédimentaire évoquant une zone marécageuse ou inondable, daté du début du dernier grand cycle glaciaire appelé Weichsélien (entre 90 000 et 100 000 ans avant notre ère).
La découverte d’un élément de silex taillé à proximité immédiate des ossements a permis alors d’envisager une intervention humaine, sans toutefois exclure une origine naturelle de cet assemblage.

Salle Senghor
1 bis rue de la Préfecture
37000 Tours
Mardi 21 avril 2015, à 20 h 30.

Partager cet article

Published by cro-magnon - dans Conférences
commenter cet article
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 08:36
UN AUSTRALOPITHÈQUE DATÉ DE 3,67 MILLIONS D'ANNÉES

C'est une découverte de taille. Le chercheur toulousain, Laurent Bruxelles a réussi à préciser l'âge d'un fossile d'australopithèque trouvé il y à près de vingt ans en Afrique du Sud. Little Foot serait âgé de 3,67 millions d'années et serait plus vieux que la fameuse Lucy.

Depuis la découverte de Little Foot ("Petit pied") en 1997 dans une grotte du site de Sterkfontein, au nord-ouest de Johannesbourg, la bataille fait rage entre les experts pour déterminer l'âge de ce fossile d'australopithèque le plus complet jamais trouvé. Quatre millions d'années? 3,3 millions ? ou seulement 2,2 millions?

Les chercheurs ont donc fait appel à Laurent Bruxelles à Toulouse. Spécialisé dans l'analyse des paysages, le toulousain a étudié les roches qui étaient autour du squelette. Ses travaux ont permis "d'affiner" l'âge du squelette à 150 000 ans près. Little Foot aurait vécu il y a 3,67 millions d'années. Cet âge fait du petit "homme singe" sud-africain un contemporain de la fameuse Lucy, australopithèque trouvée en Ethiopie en 1974 et dont l'âge présumé serait de plus de 3 millions d'années. Selon Laurent Bruxelles, "cela remet l'Afrique du Sud dans la course de l'évolution humaine", alors que depuis plusieurs décennies, l'Afrique de l'Est tenait la corde.

Source utilisée : Francetvinfo.fr

Crédit photo : Mathieu Jarry/France 3 Midi -Pyrénées

Partager cet article

Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 09:01

 

Conférence "La grotte de Cussac : bilan scientifique 15 ans après sa découverte"  le mardi 7 avril 2015 à 18h30 au Pôle International de la Préhistoire aux Eyzie-de-Tayac, avec les intervenants suivants :

Jacques Jaubert : Professeur de Préhistoire, Laboratoire PACEA Université de Bordeaux, responsable du projet collectif de recherche "Grotte de Cussac".

Patrice Courtaud : Anthropologue, Ingénieur de recherche CNRS Laboratoire PACEA, Université de Bordeaux.

Valérie Feruglio : Préhistorienne Laboratoire PACEA, Université de Bordeaux.

Nathalie Fourment : Conservateur régional de l'achéologie d'Aquitaine Laboratoire PACEA, Université de Bordeaux.

Renseigements : 05 53 06 06 97

Entrée libre

A ne pas manquer. La grotte de Cussac, fermée au public, est situé aux Buisson de Cadouin en Dordogne. Elle a été découverte en septembre 2000 par le spéleologue Marc Delluc.

 

Partager cet article

Published by cro-magnon - dans Conférences
commenter cet article