Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juillet 2009 3 15 /07 /juillet /2009 17:42

L’art Gravettien – De 29000 à 21 000 ans.

 

Pour les successeurs des Aurignaciens, les conditions de vie se font toujours dans un climat froid. Le niveau de la mer est, à l’époque, inferieur de 120 mètres et la faune est composée du Rhinocéros laineux, du mégacéros (un gros cervidé), du loup, bison, mammouth, renne, cheval, de l’ours des cavernes. C’est la toundra et la steppe avec de rares pins et bosquets qui composent le paysage. Un relatif réchauffement climatique va néanmoins se produire aux alentours de 24 500 et 26 500 ans BP.


Au Gravettien, l’art mobilier se caractérise principalement par les vénus paléolithique, des statuettes féminines sculptées dans l’ivoire, l’os ou la pierre , qui sont, la plupart du temps, représentées nues avec des formes généreuses, évocatrices, peut être, de la fécondité. Les seins, les fesses et le bassin apparaissent presque hypertrophiés, les ventres sont rebondis alors que les parties périphériques sont souvent ébauchées (Vénus de Lespugue, de Willendorf). Le visage lui n’est jamais dessiné sauf deux exceptions dont la fameuse Dame de Brassempouy. On en a retrouvé plus d’une centaine en Europe, volontairement brisées et placées dans les habitats ou enterrées dans des fosses creusées à leur intention, souvent non loin des foyers. Appartenaient-elles à un culte ? Quelques unes ont aussi été gravées dans la roche comme la vénus de L’Aussel, représentée de face et tenant une corne de bison dans sa main droite où se trouve 13 encoches. Interprétées comme peut-être des cycles lunaires ou des cycles menstruels par certains chercheurs. L’art mobilier Gravettien comporte également beaucoup des statuettes animales et des parures accompagnant de nombreuses sépultures.


  La grotte ornée du PECH MERLE (Lot) est l’un des  plus beaux sites de l’art pariétal Gravettien. On peut y admirer un impressionnant panneau long de 4 mètres représentant deux chevaux adossés, ponctués de 250 points noirs ou rouges. Un poisson, probablement un brochet mesurant 1 mètre, est peint en rouge sur le dos de celui de droite et 6 mains négatives les entourent. Elles appartiendraient à une femme d’après les recherches récentes menées par Dean Snow, professeur d’anthropologie archéologique à l’université de Penn state (Etats-Unis).

   

 

La grotte COSQUER (Bouches-du-Rhône), actuellement à 37 mètres sous le niveau de la mer, présente également un grand nombre de mains négatives positionnées parfois dans des endroits difficilement accessibles. La question se pose de savoir pourquoi elles ont été exécutées volontairement à ces endroits. Certaines sont mystérieusement incomplètes et représentées avec les doits repliés. Codes ? symboles ? Les empreintes de mains restent un émouvant témoignage de la vie des hommes au paléolithique.

Le bestiaire dans l’art pariétal Gravettien est dominé par les chevaux, les bisons, les mammouths et l’auroch.

 

 

Photos : Vénus de Brassempouy - Vénus de Willendorf - Vénus de Laussel -

Panneau des chevaux noirs ponctués grotte de Pech-Merle - Main négative

grotte de Pech-Merle.

 

A venir : L'art Solutréen.

 

References utilisées pour la rédaction de cet article :

Les arts préhistoriques - Patrick  Paillet - Editions Sud Ouest

L'art des cavernes - Jean Clottes - Phaidon

Dictionnaire de la préhistoire sous la direction d'A.L-Gourhan - Puf

Partager cet article

Repost 0
Published by cro-magnon - dans Article
commenter cet article

commentaires