Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 15:18

 

La découverte récente en Sibérie d'une carcasse de mammouth avec des tissus musculaires et du sang parfaitement préservés a relancé le vieux fantasme de quelques scientifiques dérangés, à savoir celui de cloner un mammouth. Si cette carcasse est la mieux conservée de toute l'histoire de la paléontologie, avant d'arriver à leur but ces scientifiques risquent quand même d'être confrontés à quelques petits soucis.

Premièrement, les scientifiques ont besoin de trouver au moins un noyau de cellules vivantes sur cette carcasse, ce qui est loin d'être gagné. Ce même noyau devra ensuite être injecté dans une cellule-souche d'éléphant débarrassée du sien afin de développer une lignée de cellules de mammouth. Cette étape doit permettre de multiplier le nombre de noyaux à disposition pour les étapes suivantes. Mais rien ne permet de savoir si le noyau «mammouth» sera compatible avec une cellule «éléphant», et s'il sera possible d'avoir des cellules viables capables de se reproduire. Avant toute chose, il faut être capable de prélever des ovules sur des éléphantes. Même s'il n'y paraît pas, cette opération est impossible à réaliser du vivant de l'animal pour le moment. Les ovaires étant en effet situés à 2,5 mètres de l'orifice vaginal... Pour s'approvisionner en ovules, les chercheurs pensent les prélever post-mortem. Une éléphante n'ovulant que tous les 5 ou 6 ans, les animaux ayant ovulé juste avant de mourir risquent de ne pas être légion. Les noyaux créés à l'étape précédente doivent alors être implantés dans ces ovules une fois débarrassés de leur noyau. La même problématique de compatibilité noyau-cellule va se poser à cette étape. Enfin,  dans l'hypothèse où toutes ces barrières étaient franchies, il resterait encore à implanter l'embryon dans l'utérus d'une femelle éléphant. En soi, cela constituerait déjà une première mondiale. Rien ne permet de savoir si cet embryon «prendra» et, le cas échéant, si un mammouth peut se développer normalement dans un utérus d'éléphant. 

Et ce mammouth, s'il revivait, deviendrait-il un animal de foire exposé aux yeux du grand public ou de quelques scientifiques avertis ? Arriverait-il à survivre ? Dans quel biotope ?

Heureusement, il reste encore quelques barrières techniques à franchir...

Mammoth inside muscles seen on body                        Restes du mammouth qui vient d'être découvert en Sibérie

 

Source utilissée: Le figaro.fr


Partager cet article

Repost 0
Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article

commentaires