Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 10:45

 

Des recherches effectuées sur un site préhistorique italien révèlent que l’Homme de Néandertal   était bien capable de structurer logiquement son espace de vie de manière très proche de celle des hommes modernes.

Les travaux menés par Julien Riel-Salvatore, professeur adjoint d'anthropologie à l'Université du Colorado (Denver, Etats-Unis) et ses collègues dans les niveaux du Moustérien ancien d'un abri sous roche située sur le site italien de Riparo Bombrini (nord-ouest Italie), indiquent que les différents endroits de la cavité étaient utilisés par ses habitants néandertaliens pour des activités bien distinctes.

Ainsi, le niveau supérieur de la grotte (elle en comporte trois) était dédié à l’abattage et à la découpe du gibier. Un constat effectué à la suite de la découverte de nombreux ossements de bêtes en ce lieu précis.

Concernant le niveau intermédiaire de la grotte, un camp de base à long terme, il regroupe les traces d’occupation humaine les plus denses, l’espace se subdivisait en deux zones, chacune étant destinée à des activités différentes : l’avant de la grotte était réservé à la fabrication des outils ainsi que les nombreux artefacts retrouvés à cet endroit l’indiquent. Alors que l’arrière de la grotte, une zone dans laquelle très peu de débris de pierre y ont été retrouvés contrairement à l’avant de la grotte, abritait un foyer situé à un mètre de la paroi.

La raison de cette répartition au sein du niveau intermédiaire ? Elle est probablement double. D’une part, le fait de fabriquer des outils dans un endroit bien éclairé (le devant de la grotte) était de toute évidence indispensable. Et d’autre part, la présence de débris de pierre sur le sol représentait probablement un danger pour les habitants. D’où la nécessité de disposer, autour du foyer (qui était probablement l’un des lieux les plus fréquentés de la grotte), d’un sol exempt de ces artéfacts.

Quant au niveau inférieur de la grotte, sa fonction n’est pas encore très claire pour les préhistoriens, car la zone accessible est réduite. Le seul constat qu’ils ont pu dresser de son exploration est la présence, comme au niveau intermédiaire, d’une plus grande quantité de débris de pierre à l’entrée de la grotte.

Par ailleurs, il est à noter que des pigments d’ocre ont été retrouvés dans les différents niveaux de la grotte. "Nous avons trouvé de l'ocre tout au long de la séquence mais nous ne savons pas encore quelle en a été son utilisation", a déclaré Riel-Salvatore. " Les Néandertaliens auraient pu s'en servir pour le tannage des peaux, pour le collage, comme antiseptique ou même à des fins symboliques - nous ne pouvons vraiment pas encore le dire à ce stade."

Si cette étude présente un indéniable intérêt scientifique puisqu’elle permet aux préhistoriens de pénétrer plus avant dans l’intimité domestique de l’Homme de Neandertal, il faut toutefois mentionner que la propension de ce dernier à organiser son espace de vie avait déjà été mise en évidence par de précédentes études, qui avaient notamment révélé l’existence de lieux, au sein de l’habitat néandertalien, spécifiquement dédié à la taille d’outils en pierre.

Cette étude a été publiée dans l'édition de décembre 2013 de la revue  Canadian Journal of Archaeology.

Riparo-Bombrini.jpg                                                Fouilles sur le site de Riparo Bombrini

Sources utilisées : Journaldela science.fr / Université du Colorado

Crédit image : Fabio Negrino

Partager cet article

Repost 0
Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article

commentaires