Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 15:35

 

En 2008, une mâchoire et des dents fossilisées ont été mis à jour dans la grotte Mala Balanica, située en Serbie. L'étude de ces restes vient d'être publiée dans la revue scientifique "Journal of Human Evolution" et le résultat est étonnant. Ils seraient datés de 113 000 ans minimum et n'auraient aucun caractéristique Néandertalien, comme le souligne Mirjana Roksandic, professeur d'anthropologie à l'université de Winnipeg et en charge de cette étude:"La mandibule ne présente pas l'un des traits caractéristiques des Néandertaliens, qui sont communément considérés comme le seul groupe d'hominidés ayant habité l'Europe au début du Pléistocène supérieur".

Sommes nous alors face à une nouvelle espèce humaine ? Les chercheurs ne peuvent pas conclure grand chose de son apparence et de son comportement, mais ils peuvent dire qu'il avait une grande mâchoire et des dents petites par rapport à d'autres fossiles humains connus. Les marques musculaires associées à la mâchoire ne sont pas proéminentes.

"Cela pourrait être un simple cas d'un membre non-représentatif d'une population plus large qui est morphologiquement primitive, ou d'un membre représentant une population plus primitive restée dans les Balkans, alors que l'homme de Néandertal se développait dans le reste de l'Europe" a ajouté Roksandic.

  mandibule mala balanica                         Le fragment de mandibule de la grotte Mala Balanica

 

Pour Marylène Patou-Mathis,"Cette découverte est très intéressante, les sites Pléistocènes de Serbie étant peu documentés. Mais il faut rester extrêmement prudent pour le moment concernant cette datation, et s'assurer qu'il n'y pas eu de contaminations du sol encaissant (ou de la mandibule), ce qui pourrait avoir entraîné un rajeunissement de l'âge".

A propos de la datation, (113 000 ans minimum), Jean-Jacques  Bahain, spécialiste des datations et Maître de Conférences au Département de Préhistoire du Muséum National d'Histoire Naturelle, explique "Qu'elle a été obtenue par uranium-thorium (spectrométrie gamma non destructive) et que cette méthode est peu précise, même si elle permet de dater directement les fossiles humains...Il apparaît que les ossements peuvent aussi connaître des lessivages, c'est à dire perdre des éléments radioactifs. Si c'était le cas ici, l'hypothèse d'un âge minimum ne tiendrait plus.".

Une nouvelle série de datations absolues est actuellement en cours et devrait peut être apporter d'ici cet été, plus de clarifications.

Grotte Mala balanica1                                            La grotte Mala Balanica

Sources utilisée pour la rédaction de cet article: Université de Winnipeg.

Je tiens à remercier Marylène Patou-Mathis et Jean-Jacques Bahain pour leurs disponibilités.

Marylène Patou-Mathis est Directeur de recherche au CNRS, responsable de l’Unité d’Archéozoologie du Laboratoire de Préhistoire du Muséum, responsable des collections ostéologiques (faune) de l'Institut de Paléontologie Humaine et vice-présidente de la Commission des Spécialistes (N°20, Sciences de l'Homme) du Muséum.


Partager cet article

Repost 0
Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article

commentaires