Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 11:39

 

Les premières conclusions d'une expérience inédite nous apprend que la fumée n'incommodait pas les hommes préhistoriques lorsqu'ils faisaient du feu, notamment dans la grotte Chauvet. Ces feux expliquent aussi les lissages des parois observés dans la grotte ardéchoise.

C'est une expérience qui paraît toute simple mais n'avait jamais été tentée : faire du feu dans une grotte pour voir les effets que cela produit et ainsi en tirer des conclusions exploitables notamment pour mieux comprendre comment les hommes ont investi la Grotte Chauvet.
Au printemps dernier, une dizaine de scientifiques issus de champs disciplinaires très différents ont allumé un feu dans une grotte de l'Entre-Deux-Mers, en Gironde, dans des conditions semblables à celles qui pouvaient être celles rencontrées par les hommes préhistoriques.

Les premiers résultats, obtenus grâce aux thermocouples placés aussi bien dans les murs que sous la sole supportant le feu, ont donné de premières pistes d'investigation qui serviront de base à la prochaine batterie d'expériences du printemps prochain. L'enseignement le plus spectaculaire répond à un questionnement sur les raisons qui ont pu conduire les hommes à s'enfumer dans un milieu aussi confiné : ils ne s'enfumaient pas.

Feu.jpg                       Crédit Photo (Parc de la Préhistoire/SESTA-E.Demoulin)

En faisant un feu vif, les scientifiques ont pu constater que l'air se répartissait en deux couches : en hauteur, à partir d'un mètre du sol, la fumée s'accumule et l'atmosphère est irrespirable, alors qu'en dessous de cette limite tellement bien marquée que les murs en gardent des traces, la fumée est quasiment absente. Et c'est la même chose pour les températures : alors qu'elles atteignent 80°C au plafond à cinq mètres du foyer, elles restent aux environs de 30°C au sol. 

Autre constatation : la rubéfaction (rougissement des pierres) et l'écaillage de la paroi surviennent même avec un feu moyen, qui chauffe la paroi à 250°C. C'est important de le savoir parce que les parois de Chauvet portent des traces de rubéfaction jusqu'à quatre mètres du sol, ce qui suscite de fortes interrogations sur les raisons d'un feu aussi haut. S'agirait-il juste d'un feu un peu plus vif que les autres ?

Une autre découverte imprévue donne des éléments de réponse sur un autre des mystères de Chauvet. Les scientifiques ont découvert que, même plusieurs semaines après le feu, qui n'a duré que huit heures, les parois de la grotte s'étaient ramollies sous l'effet des dégagements d'eau et de CO2. Cette constatation pourrait expliquer les lissages de la paroi observés dans la cavité ardéchoise.

Source utiliséé : Texte intégral de Jean Luc Eluard (Cap Science)

Partager cet article

Repost 0
Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article

commentaires

yvron 09/02/2014 11:33

il y a quelque chose qui ne va pas dans cette expérience!!!!! vous dites que lors d'un feu vif,l'air est irrespirable au dessus d'un métre!!!!il me semble que les hommes mesuraient plus d'un métre
et que les dessins sont aussi à plus d'un métre!.D'autre part je n'ai jamais entendu parler de traces de feux vifs à chauvet mais au contraire de petits foyers au pied des parois.

Cécile 28/02/2013 16:04

Merci!