Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 07:00

 

Distante de 70 km environ de la grotte Chauvet, la grotte de Baume Latrone, près de Nimes, possède elle aussi un art qui date de l'aurignacien. En avril prochain, une équipe de scientifiques va étudier les dessins réalisés il y a plus de  37 000 ans sur les parois de cette cavité.

Vingt-et-un animaux (félins, mammouths, chevaux, cerfs...) et des signes divers ont été tracés avec les doigts sur ses parois par les artistes de la préhistoire. Six mains négatives (droites selon les premières analyses) figurent également proche de l'entrée.

Une datation à 37.464 cal BP (années calibrées) a été possible grâce à la découverte d'un petit bout de charbon protégé par de la calcite à proximité du plafond. "C'est un grand coup de chance. Jamais on n'aurait pensé trouver ce genre de témoignage", se félicite le préhistorien Marc Azéma, admettant qu'il s'agit d'une datation indirecte. "Mais cette datation n'est pas un hasard. Elle a confirmé tous les autres éléments que nous avions", précise-t-il.

Parmi les sujets de recherche de cette nouvelle campagne, les archéologues veulent déterminer si l'argile des empreinte des mains à l'entrée est le même que celui utilisé pour les animaux.

Le-grand-plafond-de-la-Baume-Latrone.jpg         Reconstitution numérique du plafond de la grotte Baume Latrone (© Alain Dubouloz)

Source utilisée: Le Quotidient.lu

 

Repost 0
Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 11:58

 

Le musée National de Préhistoire aux Eyzies, propose ce week-end de Pâques une conférence et une démonstration d’artisanat sur bois de renne.

La conférence aura lieu dimanche 31 mars, à 15 h 30, à l’auditorium. Elle aura pour thème les sociétés de chasseurs il y a 20 000 ans : le renne, le meilleur ami de l’homme. Elle sera animée par Laure Fontana, chargée de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) dans l’équipe archéologies environnementales du laboratoire Archéologie et Sciences de l’Antiquité à Nanterre. Spécialiste des grands mammifères, elle étudie l’économie des ressources animales des chasseurs-collecteurs du paléolithique supérieur d’Europe de l’Ouest. Laure Fontana s’intéresse particulièrement au statut du renne dans ces sociétés et à l’organisation de leur cycle annuel de nomadisme.

Dimanche 31 mars et lundi 1er avril, de 10 à 12 heures et de 14 à 17 heures, Nicolas Audebert, passionné de préhistoire et animateur du patrimoine, présentera au public, sous forme de démonstrations, les différentes façons d’utiliser les bois et les os de renne pour obtenir des armes, des outils ou des parures.

Installé sous le grand abri du musée, il répondra aux questions sur cet animal essentiel à la vie quotidienne des chasseurs-cueilleurs du paléolithique.

Renseignements et réservations au 05 53 06 45 49.

DSC1861

                                       Le musée National de Préhistoire aux Eyzies

 Source utilisée: SudOuest.fr

Repost 0
Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 11:15

 

affichesiteLa Maison de l'Aquitaine de Paris consacre une exposition autour des différentes actualités liées à la grotte de Lascaux.

Depuis leur découverte en 1940, la grotte de Lascaux et ses ornements n’ont cessé de susciter une fascination certaine chez les simples curieux comme chez les scientifiques. Seulement, la fragilité de ce site unique est très vite devenue incompatible avec l’afflux grandissant de visiteurs au fil des ans. L’apparition de moisissures et de tâches amène à la fermeture au public de la grotte en 1963. Pour pouvoir continuer d’exposer ce trésor, une réplique est ouverte à 200 mètres de l’originale en 1983 : elle porte le nom de Lascaux 2.
Dernièrement, grâce à des innovations technologiques et au soutien des collectivités, ce sont les fac-similés des principales scènes qui ont pu être réunis dans une exposition itinérante intitulée « Lascaux – Exposition internationale » ou « Lascaux 3 ». Après une étape unique en France à Bordeaux fin 2012, elle commencera un tour du monde de plusieurs années en commençant par le Field Museum de Chicago à partir du 20 mars 2013. Enfin, sous l’impulsion du Département et de la Région, un Centre d’art pariétal accompagné d’une nouvelle réplique de la grotte verra le jour en 2016 à Montignac (Dordogne) sous le nom de code « Lascaux 4 ».
L’exposition « La fascination de Lascaux » proposée par la Maison de l’Aquitaine, en partenariat avec le Conseil général de la Dordogne et le Conseil régional d’Aquitaine, retrace l’histoire de ce site exceptionnel et des dernières actualités qui lui sont liées.

Du 25 mars au 3 mai 2013.

21 rue des Pyramides - 75001 Paris

De 9h30 à 18h sans interruption du lundi au vendredi.

Repost 0
Published by cro-magnon - dans Exposition
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 16:50

 

lascaux_exposition.jpgCocorico ! Les douze conteneurs de Lascaux Exposition Internationale viennent d'arriver dans la ville de Chicago. Partis de Bordeaux en janvier, ils ont traversé l'Atlantique en bateau, direction New York et c'est en camion qu'ils ont ensuite été acheminés à Chicago ou l'exposition ouvrira ses portes au grand public le 20 mars prochain, au Field Museum.

« On fait entrer les conteneurs un par un, et l’opération d’installation est très délicate, tout est millimétré », explique le chargé de mission, Olivier Retout. Pour le montage, c’est Francis Ringenbach qui dirige les opérations. C’est le responsable des ateliers de fac-similés de Montignac, où a été réalisée l’exposition. Il est celui qui en connaît chaque parcelle. Des techniciens de Cap Sciences à Bordeaux ont aussi fait le déplacement pour travailler avec l’équipe américaine.

Dans le vaste Field Museum, Lascaux 3 sera l’une des expositions événements de l’année. « Les conservateurs ont complété les fac-similés et nos présentations par des pièces de leurs collections. Ils ont beaucoup d’originaux, dont le fameux squelette de la Dame de Cap Blanc. » Il avait été acheté en Dordogne au début du XXe siècle, et c’est l’une des fiertés du musée.

Pour l’occasion, le musée a demandé à la spécialiste élisabeth Daynes de réaliser un buste de ce personnage. C’est elle qui a déjà réalisé la famille Cro-Magnon, l’un des clous de l’exposition « Lascaux ».

Les réservations pour les visites ont déjà débuté : le prix d’entrée de l’exposition avec les collections permanentes du musée est de 23 dollars (17,60 €) pour les adultes et 16 dollars (12,20 €) pour les enfants.

À Bordeaux, « Lascaux 3 » avait attiré 105 000 visiteurs, Chicago en attend au moins le double jusqu’au 8 septembre. Le 19 mars, veille de l’ouverture, sera une journée spéciale, en français, organisée par Graham Paul, le consul de France, ainsi que son équipe, et l’Alliance française de Chicago. Et peut-être avec Yves Coppens, qui a fait une partie de ses études à Chicago.

L'exposition sera ensuite présentée à Houston de novembre 2013 à mars 2014, à Montréal d'avril à septembre, puis à Denver de novembre 2014 à avril 2015. Des contacts sont en cours avec les villes de San Francisco, Tokyo, Shanghai, Singapour et sydney.

Source utilisée : Sud Ouest



Repost 0
Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 11:39

 

Les premières conclusions d'une expérience inédite nous apprend que la fumée n'incommodait pas les hommes préhistoriques lorsqu'ils faisaient du feu, notamment dans la grotte Chauvet. Ces feux expliquent aussi les lissages des parois observés dans la grotte ardéchoise.

C'est une expérience qui paraît toute simple mais n'avait jamais été tentée : faire du feu dans une grotte pour voir les effets que cela produit et ainsi en tirer des conclusions exploitables notamment pour mieux comprendre comment les hommes ont investi la Grotte Chauvet.
Au printemps dernier, une dizaine de scientifiques issus de champs disciplinaires très différents ont allumé un feu dans une grotte de l'Entre-Deux-Mers, en Gironde, dans des conditions semblables à celles qui pouvaient être celles rencontrées par les hommes préhistoriques.

Les premiers résultats, obtenus grâce aux thermocouples placés aussi bien dans les murs que sous la sole supportant le feu, ont donné de premières pistes d'investigation qui serviront de base à la prochaine batterie d'expériences du printemps prochain. L'enseignement le plus spectaculaire répond à un questionnement sur les raisons qui ont pu conduire les hommes à s'enfumer dans un milieu aussi confiné : ils ne s'enfumaient pas.

Feu.jpg                       Crédit Photo (Parc de la Préhistoire/SESTA-E.Demoulin)

En faisant un feu vif, les scientifiques ont pu constater que l'air se répartissait en deux couches : en hauteur, à partir d'un mètre du sol, la fumée s'accumule et l'atmosphère est irrespirable, alors qu'en dessous de cette limite tellement bien marquée que les murs en gardent des traces, la fumée est quasiment absente. Et c'est la même chose pour les températures : alors qu'elles atteignent 80°C au plafond à cinq mètres du foyer, elles restent aux environs de 30°C au sol. 

Autre constatation : la rubéfaction (rougissement des pierres) et l'écaillage de la paroi surviennent même avec un feu moyen, qui chauffe la paroi à 250°C. C'est important de le savoir parce que les parois de Chauvet portent des traces de rubéfaction jusqu'à quatre mètres du sol, ce qui suscite de fortes interrogations sur les raisons d'un feu aussi haut. S'agirait-il juste d'un feu un peu plus vif que les autres ?

Une autre découverte imprévue donne des éléments de réponse sur un autre des mystères de Chauvet. Les scientifiques ont découvert que, même plusieurs semaines après le feu, qui n'a duré que huit heures, les parois de la grotte s'étaient ramollies sous l'effet des dégagements d'eau et de CO2. Cette constatation pourrait expliquer les lissages de la paroi observés dans la cavité ardéchoise.

Source utiliséé : Texte intégral de Jean Luc Eluard (Cap Science)

Repost 0
Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 10:38

 

Un squelette de mammouth a été retrouvé dans le sud de la Russie, rapporte l'agence de presse Itar-Tass.

Les paléontologues ont déclaré que la zone dans laquelle a été trouvé le squelette de l'animal, en Kabardino-Balkarie dans le Nord-Caucase, était un gisement entier d'ossements de bêtes préhistoriques, d'ailleurs bien connu de la population locale.

"Il est fort probable que nous ayons affaire non pas à un seul squelette mais à tout un cimetière d'animaux préhistoriques," a dit le chercheur Victor Kotlyarov à Itar-Tass, précisant que les gens de la région se confectionnaient des tabourets avec des vertèbres de mammouth.

Pour en savoir plus sur les principales découvertes de mammouths, lisez l'article qu'a consacré Eric Le Brun sur ce sujet en cliquant ici.

 

Source utilisée  : Reuteurs France
Repost 0
Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 17:20

 

Professeur Alan CooperSelon les résultats d'une étude Australienne très sérieuse publiée dans la revue Nature Genetics, la santé buccale de nos ancêtres préhistoriques était bien meilleure que la nôtre !

Le professeur Alan Cooper (Australian Center for Ancient DNA) et son équipe ont extrait de l'ADN de tartre issu des dents de 34 squelettes d'hommes préhistoriques retrouvés en Europe du Nord et l'ont comparé avec celui des hommes modernes actuels. Leurs analyses ont permis de constater que le nombre de "bonnes" bactéries présentes dans nos bouches était moins important que chez nos ancêtres du paléolithique, cette réduction de la diversité de nos bactéries «est presque toujours associée à la maladie» (obésité, autisme, diabète), souligne Alan Cooper. De part notre alimentation moderne, le sucre et les farines traitées que nous absorbons ont fortement augmenté le nombre de "mauvaises" bactéries, celles qui sont responsables des caries dentaires et des maladies de la gencive et du parodonte.

Les deux étapes essentielles qui ont bouleversé notre santé buccale sont l’introduction de l’agriculture il y a environ 7.500 ans et la révolution industrielle qui a conduit à fabriquer de la nourriture transformée. Par ailleurs, contrairement à ce que l’on peut penser, l’haleine des hommes préhistoriques «n’était probablement pas si mauvaise», estime le professeur Cooper.

Source utilisée : News.com.au

Photo : Professeur Alan Cooper

Repost 0
Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 21:23

 

AVT Marcel-Otte 7274Le Paléoanthropologue Marcel Otte présentera le livre "Les Gravettiens" dont il est directeur d'ouvrage le vendredi 22 février à partir de 15h à la librairie Picard & Epona, 82 rue Bonaparte dans le 6 ème arrondissement.

La civilisation gravettienne traverse l'Eurasie. Dès 30 000 ans, elle émerge des steppes immenses étendues au-delà de l’Oural, partout associée aux hommes modernes, surnommés Cro-Magnon. Une grande maîtrise des armes, créées à partir de lames minces et rectilignes, ainsi qu'une extraordinaire extension territoriale, de la Sibérie à l’Ibérie, constituent son identité. Autour de cette gamme constante des valeurs techniques, d’infinies variations marquent les stades évolutifs, les particularités régionales, les modalités fonctionnelles. Le Gravettien fascine aussi par : un art mobilier très riche, avec les célèbres Vénus (Brassempouy, Dolni Vestonice, Lespugue, Willendorf…) ; des grottes ornées avec pour certaines des empreintes de mains négatives (Arcy-sur-Cure, Cosquer, Cussac, Pech-Merle…) ; de gigantesques habitats, avec des cabanes en os de mammouths ; de vastes nécropoles, prémisses d’une très précoce sédentarité. L’unité fondamentale de cette civilisation enveloppe tout le territoire européen durant une dizaine de millénaires. Ici viennent s’expliquer les valeurs partagées par les populations ultérieures, jusqu’aux confins de l’Histoire.

Les Gravettiens - Errance Editions - 352 pages.

ISBN 978-2-87772-509-5

couverture Les Gravettiens

Repost 0
Published by cro-magnon - dans News
commenter cet article
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 13:42

 

A paraitre le 06 février.

couverture Les GravettiensLe Gravettien est la deuxième grande culture européenne depuis l'arrivée de l'Homme moderne en Europe. Datée d'entre 29 000 et 22 000 ans environ, elle succède à l'Aurignacien. Depuis le Portugal jusqu'à la Sibérie, de l'Europe du Nord jusqu'à l'Andalousie, les Gravettiens forment une entité culturelle homogène, dont le symbole le plus marquant sont les fameuses "Vénus ", des représentations féminines aux formes généreuses, statuettes, bas-reliefs, peintures ou gravures qui accompagnaient et nourrissaient l'imaginaire de ces chasseurs-cueilleurs, en compagnie de formes animales au style varié et polymorphe (Arcy-sur-Cure, Cussac, Pech-Merle). Appartenir à la même culture ne signifie pas pourtant une identité des productions. Une grande variété régionale est perceptible, ainsi qu'une grande diversité dans le choix du mode de vie. Les progrès de la recherche actuelle autorisent aujourd'hui une plus grande finesse dans l'analyse. Les meilleurs spécialistes analysent ici les ossements, les outils et les oeuvres d'art laissées par les Gravettiens. Ils dressent pour nous le portrait d'une société élaborée, aussi bien dans sa vie de tous les jours, ses techniques, que dans ses rêves et ses bouleversements.

Les Gravettiens - Ouvrage collectif sous la direction de Marcel Otte - Editions Errance.

ISBN 978-2-87772-509-5

Un ouvrage à se procurer dans l'excellente librairie spécialisée en préhistoire, archéologie et histoire, La librairie Picard & Epona.

Repost 0
Published by cro-magnon - dans Lecture
commenter cet article
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 09:00

 

A noter sur votre agenda.

"Le peuplement de la planète et la diversité génétique de notre espèce" - Conférence donnée par le professeur Evelyne Heyer, le jeudi 31 Janvier 2013 à 18h dans le grand amphithéâtre du Muséum du jardin des plantes de Paris.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

Lieu: Grand amphithéâtre du Muséum du jardin des plantes, 57 rue Cuvier - 75005 Paris.

Evelyne Heyer est Professeur au Muséum National d’histoire Naturelle en anthropologie génétique.Evelyne Heyer

Elle est spécialiste de la génétique des populations humaines. Asie Centrale. Afrique Centrale. Évolution humaine.


Repost 0
Published by cro-magnon - dans Conférences
commenter cet article