Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 17:41

 

Pour la majorité des préhistoriens, l’art apparait au paléolithique supérieur, vers 35 000 ans environ avec les Homos Sapiens (Hommes de Cro-Magnon) mais l’on peut  vraisemblablement penser que bien avant, les hommes de Neandertal aient, eux aussi, exprimé leurs inspirations symboliques, peut être sur des supports qui n’ont pas aussi bien résisté au temps (peintures corporelles, sur bois, peaux.. .). Cet art aux multiples facettes perdurera pendant plus de vingt millénaires pour s’éteindre vers 11500 ans, au Magdalénien final, sans que l’on sache vraiment pourquoi.

Les arts préhistoriques peuvent être classés en trois catégories principales :

 L’art mobilier, réalisé sur des objets de dimensions limités, facilement transportables et fait essentiellement en pierre et matériaux osseux.

 L’art pariétal, réalisé sur des parois de grottes et qui comporte des peintures, gravures ou sculptures.

 Enfin, la dernière catégorie qui est l’une des plus représentées en Périgord, l’art sur blocs rocheux, gravés, piquetés ou bien sculptés.

                                                         

Les  multiples techniques qui ont été utilisées démontrent l’ingéniosité, la maitrise et le talent des artistes de l’époque. Burins taillés, lames ou parfois simple éclat pour graver. Abaissement du champ par piquetage pour mettre le sujet en relief. Réalisation du modelé  par grattage, voire par polissage de la roche. Peintures avec de grandes variétés dans les nuances, parfois obtenues par la technique du chauffage de l’ocre. Utilisation de charbons de bois (fusains), de pinceaux, de tampons, de pochoirs. Technique du soufflage ou pulvérisation. PICASSO dira lui-même en visitant la Grotte de LASCAUX, « que rien n’a été inventé depuis.» Ce sont les animaux qui sont les plus représentés dans l’art paléolithique mais on trouve aussi quelques représentations humaines, surtout féminines, et quantité de signes symboliques. En revanche, le monde végétal est presque absent de l’iconographie, de même que les paysages où évoluaient les animaux et les hommes de cette époque. A noter que ces mêmes thèmes sont représentés sur l’ensemble des supports évoqué plus haut. Ce n’est donc pas la matière mais les modèles figurés qui étaient la véritable source d’inspiration des artistes de la préhistoire.

                                          

Quels sens peut-on alors donner à toutes ces représentations, ces témoignages, cette sensibilité que nous ont laissé nos ancêtres du paléolithique ? L’art pour l’art ? Croyances et parenté d’un groupe social avec les animaux ? Mythes ? Tenter de comprendre et d’expliquer les motivations et la signification de l’art préhistorique est périlleux car notre vision du monde est probablement différente de celle des paléolithiques. La complexité de ces sociétés passées, de leur culture, de leurs rites et de leurs codes nous captive. « Grâce à cet art, écrivait H. BREUIL, les Homo sapiens  ont affiné leur esprit, perfectionné leur réflexion, nuancé leur langage, promu leur idéal et, au-delà du visible immédiat, crevé par une vue plus pénétrante des choses, le masque vulgaire ou terrible des bas instincts. »

 Faisons en sorte de le préserver, c’est notre patrimoine, notre histoire.

                                                  

 

A venir : L’art Aurignacien – De 35 000 à 27 000 ans.

A venir : Ma sélection de livres sur la préhistoire à lire cet été.

 

Réferences utilisées pour la rédaction de cet article.

Les art préhistorique-Editions Ouest France- Patrick Paillet.

L'art préhistorique - Editions Sud Ouest- Alain Roussot.


Repost 0
Published by cro-magnon - dans Article
commenter cet article